Autant dehors que dedans...

Publié le par Audy Lan

Autant dehors que dedans...

8 mois 1 semaine tout pile.

Demain tu auras passé plus de temps dans ce monde si beau et si incertain qu'en moi. Un cap.

Le cordon a déjà été coupé, la vie s'offre à toi.

(tu es sur ton tapis, on se regarde) "ma chouchounette" (tu souris, je te tâte le ventre) "grosse chouchounette" (tu ris et tu t'agites de partout, je te caresse le visage) "princesse choucounette" (on se regarde à nouveau).

Ma tchoutchounette, pipilette, pocahontas...

Ce sentiment nostalgique de te voir si grande alors que tu as été en moi, alors que tu as été si petite, une plume dans mes bras je le connais déjà, des parties de ce que tu as été me manques déjà, d'autres sont à venir et je les attends volontiers.

Je repense à cette certitude de vouloir un deuxième, à ces soucis au boulot qui m'ont fait penser "c'est peut-être pas le moment, du coup je dois être enceinte", et effectivement.

Une amie, une sage m''avait dit "une deuxième grossesse on y pense moins, tout revient mais il y a moins d'angoisses", et effectivement. Je n'ai pas eu peur quand un conducteur m'a tamponné à un feu, je n'ai pas eu peur de la toxo, du DG ni des échos (bon si un peu), je n'ai pas eu peur quand ça tirait un peu, je n'ai pas eu peur de prendre la route plusieurs fois pour aller en vacances ("faites des pauses mme D, des pauses"), je n'ai pas eu peur quand je suis tombée dans les escaliers à 7 mois.

Si, peut être que j'ai eu peur, tu le sais toi, tu as du sentir, mais j'y reviendrais.

Je n'ai pas eu mal au dos comme pour ton frère mais j'ai été sacrément plus fatiguée. J'ai été bien stressée, tu l'as senti aussi cette douleur, quand un être cher m'a fait souffrir, bêtement et lâchement. Heureusement on peut compter sur papa, ton frère et les amis.

Je t'ai attendu aussi impatiemment que ton frère. Attendu d'abord que tu bouges, tu as été super longue d'ailleurs. Attendu de savoir (ou plutôt de confirmer) si j'aurais 2 garçons à maman ou si on aurait le choix du roi (ton père dit souvent "je finis toujours par avoir ce que je veux"). Attendu enfin que tu sortes de là, je n'aime pas trop les grossesses tu sais mais j'ai adoré vous mettre au monde (un peu maso peut-être).

Et tu es sortie (j'y reviendrais dans quelques mois, ça vaut le détour), je t'ai attrapé, ramené et frictionné. Cette chaleur, cette odeur, c'est divin, c'est le sacré du sacré, la vie quoi.

Et depuis tu es là avec nous. Tu lui ressembles, et en même temps pas tant que ça, tu as aussi hérité de la couleur des yeux de ton père mais de la forme des miens. Tu as des cheveux, mon dieu, oui tu en as, on ne sait plus trop quoi en faire d'ailleurs...

Je n'avais qu'une seule exigence, je me foutais au bout du compte du sexe, je voulais juste que tu sois différente. Et encore une fois tu nous a fait plaisir, nuits rapides (même si ça t'arrives bien sur de ne pas les faire), calme olympien, on ne t'entend pas (on ne t'entendait pas parce que là tu t'affirmes).

Je pense qu'un second enfant suit un peu la mouvance et s'adapte au caractère du premier, ton frère est speed? Ok, donc tu décides de prendre sur toi.

Tu es si souriante, un vrai plaisir, où que tu ailles, n'importe quand tu souris.

Tu es affectueuse, câline, comme si tu savais que j'ai besoin que tu restes encore un peu mon bébé.

Tu grandis, normalement, facilement. Bon pas toujours non plus, tu es lente à faire manger, tu chouines parce que tu as besoin d'être très occupée, tu manipules un peu (oui oui surtout ton père je le sais)

8mois.

J'aime me baser sur ce site, il décrypte les grandes étapes, il précise que chaque enfant reste unique, qu'il peut avoir de l'avance ou du retard ce n'est qu'une mesure.

Tu es dans "la norme" (je n'aime pas ce mot).

Tu tends tes bras, tu tiends déjà bien assise depuis un bon mois et je te sens prête à te mettre à 4 pattes ou à te lever. Tout va bien.

Demain, tu feras entièrement partie de ce monde. Et je suis là pour t'y guider;

toute potelée

toute potelée

Ma beauté, qui nous émerveille, nous fait rire, nous étonne encore.

Je garde en moi ces moments tous précieux, je t'embrasse goulument et teserre fort (bon pas trop).

A vous, pour toujours.

Maman qui (vous) t'aime grand comme nous

Publié dans blog maman, bébé, mes-enfants

Commenter cet article

pasquemaman 26/03/2015 23:12

Effectivement, 4 rencontres différentes et merveilleuses.

pasquemaman 26/03/2015 17:12

Très jolie déclaration d'amour.
Pour ce qui est de vivre avec zénitude une grossesse, je ne te raconte même pas quand c'est la quatrième ;)
Bises aux deux puces.

Audy Lan 26/03/2015 17:22

j'imagine lol (et en mêm temps ce doit être quand même des découvertes et une nouvelle belle rencontre à chaque fois). Merci