A la télé...

Publié le par Audy Lan

A la télé...

J'ai un péché pas mignon du tout, quand je mange chez moi, je regarde la télé. Le soir c'est un profond dilemne de choisir entre rien et...rien. J'en profite pour demander d'ailleurs à quoi ça sert de payer une redevance qui va en augmentant pour un programme souvent digne des premières couches de crapaud...

Lundi soir, il n'y avait à priori rien de rien... Et soudain j'ai vu qu'ils diffusaient Océans.

Si j'avais été nominée sur la chaînes des blogs pour les films, j'en aurais parlé.

Car ce film, c'est le seul (en dehors des films d'horreur) qui me met profondément mal à l'aise, le seul où j'ai eu envie de quitter la salle de cinéma tellement c'était insupportable.

Je vais pourtant tous les voir ces films/documentaires sur la nature. J'ai déjà bien pleuré avec Un jour sur Terre de Alastair Fothergill et Mark Linfield, en sachant que ce papa ours affamé sur la banquise existait et qu'il était sans doute mort, à cause de nous, à cause de moi...

Mais Océans, de Jacques Perrin, c'est un cran au dessus. On voit tout: la beauté des mers bien sur, le ballet majestueux des animaux marins, mais la cruauté humaine surtout, notre cruauté donc.

Au moment de regarder lundi, c'était déjà les scènes de pêches intensives, l'eau rougie, les poissons se débattant nerveusement dans d'immenses filets emprisonnant tout: poissons, tortues, dauphins et même baleines... Une boucherie... Et les requins, à qui on coupé les ailerons puis qu'on rejette encore vivants à la flotte pour les laisser agoniser au fond, tout ça pour une soupe...

Bref, revoir tout ça, c'était insurmontable.

C'est aussi l'une des raisons qui font que je n'ai peut être pas poussé les portes de la PA, je n'ai pas les nerfs assez solides, je ne supporte pas la souffrance, surtout celle des innocents...

Cependant c'est un beau film, tant au niveau des images que du message. J'encourage à le voir, ça fait réfléchir.

ex: en tant que pesco-végétarienne dans mes jours de poissons, je privilégie étonnament les poissons issus d'élevage, ce n'est sans doute pas mieux mais je suis fermement opposée à la surpêche, c'est ma façon à moi de lutter.

A la télé...

Du coup, vous l'aurez compris j'ai zappé. On a fini par tomber sur ce documentaire de france5 qui s'appelle les chemins de l'école, c'est une série de documentaire retraçant comment des enfants de différents horizons font chaque matin la route qui les amène à leur lieu d'apprentissage.

Cette partie était sur: -Youssef en Cisjordanie, qui traverse sur son âne le désert chaque matin en évitant de tomber sur l'armée (territoire en plein dans le conflit israélo-palestinien), ne sachant pas si son école sera toujours là (l'état d'Israel n'accordant pas de permis de construire ici) et qui rêve de devenir agriculteur

-Cho en nord-viêtnam qui traverse les montagnes sinueuses avec ses amies en espérant arriver avant les garçons et qui espère faire instit ou médecin pour aider les gens de son village.

-Ani en Malaisie que son frère amène en barque chaque matin (2h de trajet) pour qu'il puisse étudier, même s'il désire avoir plein d'enfants.

Voir ses loulous à la fois démunis et riches de courage c'était rafraîchissant. On a tous le droit d'apprendre. Et nous, on oublie trop souvent nos privilèges d'Européens

Publié dans loisirs

Commenter cet article

veux pas 10/06/2015 19:33

J'ai vu les deux et comme toi j'étais écoeurée par certaines scènes d'"Océans". "Sur les chemins de l'école" est un super documentaire qui fiche une sacrée claque lui aussi...

Audy Lan 16/06/2015 09:00

c'est quand même réconfortant de voit qu'il y a parfois des choses qui sortent du lot sur nos écrans