Le temps qui file

Publié le par Audy Lan

On connaît cette métaphore qui relie le temps à l'eau. Et comme l'eau, le temps est rare et précieux, essentiel.

Mais voilà je commence à le voir, et il s'échappe.

Et j'avoue ça me déprime. Je suis encore "jeune" (mouais...) mais le plus beau, le "meilleur" me semble derrière moi. Je préfère ne même pas parler des mes jeunes années, de ces moments où j'ai bien profité parce que c'est un souvenir (je profite encore bien sur, mais différemment).

Depuis 3 ans, le temps a ouvert une porte vers un monde merveilleux qu'est celui de la maternité, je m'y suis engouffrée en me moquant de ces gens qui répètent inlassablement "profitez bien parce que ça passe trop vite".

Cette porte je me la prend en pleine tête quand je LES regarde, je me dis qu'effectivement ils ont poussé/passé trop vite. Un jour je tenais crapaud contre moi et je prenais mes marques et aujourd'hui je le vois qui fait 1m, qui va bientôt rentrer à l'école...

Et la chouchounette, c'est encore pire, je n'ai rien vu passer, je pensais profiter vu que je reste avec eux pour le moment, mais non.

Je regarde les photos avec nostalgie.

Et bien que sans regrets, je voudrais revenir en arrière, 4ans avant précisément

-pour profiter de chaque instant, les serrer fort une nouvelle fois

-donner une gentille gifle à la SF qui m'a dit "oh mais vous êtes obèse" lors de la consultation du 4e mois

-ne pas me ruer à l'hopital le 5 avril 2012 la deuxième fois. Attendre encore un peu. Et refuser la péri.

-entamer les démarches de réorientation professionnelle pour ne pas être aussi malheureuse d'avril 2013 à avril 2014 (je ne vous explique même pas l'état si je devais y retourner à la fin du congé...)

-Les emmener aux bébés nageurs

-tenter de communiquer avec la chouchounette in utero

-faire plus attention à mes glycémies lors de ma seconde grossesse

-dire aimablement fuck à la #***')"** de médecin qui m'a forcé à accepter le déclenchement de ma deuxième

-garder l'allaitement plus que 7 mois (parce que bon sang qu'est-ce que ça me manque)

-retenter le portage en écharpe

Tout ça tout ça.

Encore une fois ce n'est pas des regrets, je voudrais juste avoir une horloge magique.

Et ce n'est pas lié à une envie d'un 3e, juste l'envie de revivre toute cette merveille et ressentir encore cet amour présent depuis ces 3 dernières années

Publié dans mélancolie, blog maman

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article