Pas de jugement

Publié le par Audy Lan

Il est terriblement tentant de se moquer de la voisine, de la critiquer parce qu'elle ne fait pas ça comme nous, qu'elle n'est pas comme nous...

Comportement typiquement féminin je vous l'accorde.

Mais de quel droit venons nous juger la vie d'autrui? Plus particulièrement entre nous les mamans?

On connaît toutes ce moment où on s'est senti brimée, rabaissée parce qu'un proche ou inconnu nous a fait une réflexion sur notre rôle le plus intime et le plus précieux.

On sait ce que cela fait.

Et pourtant...

Pour l'unique raison que l'on a notre façon d'éduquer on s'autorise souvent des jugeemnts et des critiques trop rapides.

S'est on seulement penchée sur ce qui fait que telle maman préfère faire comme ça, et son enfant? S'est on demandé ce que les critiques pouvaient faire sur léducation, l'impact que ça peut avoir?

Ces mamans qui abandonnent leur enfant ou font bien pire, c'est horrible oui mais se demande-t-on parfois pourquoi? N'a-t-on pas parfois un rôle sur ça?

Je me suis déçue moi-même l'autre jour en émettant un "ttttt" de désaprobation face à une maman et j'en suis arrivée au cheminement précédent.

Alors, voilà une liste non exhaustive de jeugeemnts que l'on fait

-quoi tu n'allaites pas, tu ne l'aimes pas/quoi tu allaites, tu en fais trop = ET ALORS????? L'important c'est que le bébé grandisse bien, il n'y a pas de meilleure option, juste un choix

-tu as vu cette maman elle a grossi/elle a des enfants mais s'habille comme une p... = j'ai un principe personnel mais que je tente d'appliquer le plus possible: on ne juge JAMAIS quelqu'un sur son apparence physique. Quelqu'un se laisse aller? Demandez vous pourquoi. Inversement, quelqu'un qui en fait trop a sans doute besoin qu'on le remarque.

-Tu as vue elle habille sa fille comme une adulte et elle la maquille = si la relation mère/fille est ainsi et que la petite a eu l'habitude d'être pomponnée très jeune, c'est comme ça, ça ne l'empêchera pas d'aller à l'école, d'apprendre à lire à écrire et de se construire plus tard

-Vous n'avez pas honte de crier/donner la fessée à votre enfant = oui la personne doit être morte de honte et c'est justement à cause de ça qu'elle en est arrivée là. Le regard extérieur, ce fameux jugement peut vite déstabiliser un parent qui face à la pression de la société perd le contrôle et... Souvent les personnes en magasin qui regarde l'enfant d'un air réprobateur sont les mêmes qui vous reprocheront votre parole/votre geste

-Tes enfants sont turbulents, mal élevés =celle-la est drôle, d'autant plus comique que souvent prononcé par des nullipares (je sais je l'ai pensé au sujet d'une amie alors que je n'avais pas d'enfant). Un enfant est un enfant, il ne va pas s'assoir et prendre le thé avec vous (sauf pour jouer, ou alors chapeau bas), il va s'exciter, tout faire pour qu'on le remarque et parfois dans certains contextes familiaux il peut se faire encore plus remarquer, juste pour qu'on l'aide, lui, ou son parent.

Voilà, je ne voulais pas tomber dans le préchi-précha mais ça me semble essentiel, même quand on croit bien faire/dire on peut endomager sérieusement le coeur ou l'amour propre de quelqu'un.

Tendon plutot la main à ceux qui veulent l'aggriper (oui là ça fait carrément sermon, je sors)

Publié dans réflexion

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

veux pas 15/02/2016 19:21

Complètement d'accord avec toi! Facile de juger mais on ne sait pas ce qu'on vécu les gens...