Bilan assmat

Publié le par Audy Lan

Bilan assmat

Bon cela ne fait pas tout à fait un an mais j'ai eu droit à mon petit contrôle alors j'ai réfléchi à tout ça même si tout est déjà pensé.

Cette certitude l'été 2015 où ce métier me correspond et que je peux et dois le tenter, pour une fois faire ce qui me plaît à moi.

Réfléchir à ce qui doit être changé dans le logement, réfléchir à mon quotidien, attendre la visité de la puer, fébrile, obtenir l'agrément étonnement facilement, passer la formation, longue et ch... à Rouen.

Et attendre les appels...

J'ai eu de la chance, tellement de chance que c'était prévisible que ça ne durerait pas.

Un contrat prévu en juin, un autre qui le comblait à la perfection, totalement inatendu, qui m'a permis de commencer plus tôt que je ne le pensais.

Un enfant pleine de vie, toujours joyeuse, et contente de me voir. Un vrai rayon de soleil. Un âge idéal pour faire des sorties et des activités, le top!

Mais un premier contrat qui s'achève vite, très vite... Un peu déçue, forcément.

Mais le deuxième commence aussitôt et avec un bébé, plus les miens dont H en vacances, pas le temps de s'ennuyer. Les journées passent vite, assister aux évolutions d'un petit, en être à la fois témoin et acteur (secondaire) c'est un vrai cadeau, c'est la vraie richesse de ce métier (la seule en fait parce qu'on est pas payé comme un salarié lambda, faut pas exagérer non plus). Un bébé lui aussi heureux de me voir, qui a ses humeurs mais qui est lui aussi un vrai rayon de soleil.

Mais qui ne restera pas non plus. Un coup dur.

J'en ai été d'autant plus affecté que ces expériences m'ont confirmé que j'adore vraiment ce métier.

J'y vois peu d'aspect négatif. Et être en permanence occupé (et non, on ne passe pas notre journée devant la télé) c'est rafraîchissant, un vrai souffle.

J'aime mon métier, avec passion je dirais, quand je parle des mes loulous ça me fait sourire et quand je les vois contents ou évoluer ça me fait chaud au coeur.

J'aime dire qu'il me tarde autant de finir ma journée ou d'être en week-end que de commencer une nouvelle journée. Je suis en repos depuis près de 2 semaines, je m'ennuie.

Le point négatif, c'est l'instabilité du métier. Le gros point noir,ce qui me décourage.

Et quand la puer m'a demandé si je perdais les contrats à cause de moi, j'ai bien eu envie de l'insulter un peu. Comme elle a rajouté "oui dans votre quartier les gens sont précaires, ça ne dure jamais", mon quartier est un immense problème. J'ai une maison plus grande, avec un jardin plus grand que mes collègues dans des quartiers plus réputés mais voilà personne ne veut aller dans le mien.

Il est parfois difficile de positiver dans ces conditions.

Mais j'aime y croire, et je veux profiter de chaque instant, de chaque rire, de chaque main qui vient chercher mon visage, de tout.

Mes conseils si vous voulez vous lancer:

-ne faites pas ça pour l'argent

-pensez à tout ce qui doit être revu chez vous pour optimiser l'accueil, juste y penser pas forcément le faire, histoire de rassurer la PMI

-Ne soyez pas exigeant mais un peu souple, les parents ont l'embarras du choix

-N'acceptez JAMAIS de garder l'enfant d'un proche

-N'oubliez pas que vous gardez le plus précieux tresor d'un tiers

Commenter cet article

Trisha 09/11/2016 11:55

Je suis d’accord lorsque vous dites de ne pas faire ce métier uniquement pour l'argent.